Suzuki GSX-R 1000 R

Essai de la Suzuki GSX-R 1000 R

5 (100%) 1 vote

2017 était une année à marquer d’une pierre blanche pour Suzuki qui a dévoilé la nouvelle GSX-R 1000 R, le nouveau joujou préféré des motards. Dès sa date de sortie, on s’est vite hâté de la mettre sur le circuit pour tester sa puissance. Le verdict ? Voyons les détails ensemble. 

Suzuki GSX-R 1000 R, le roi des superbikes :

Cette année là, le concepteur de deux-roues japonais a mis le paquet ! En effet, elle a permis à l’ancienne sportive GSX-R d’évoluer en un vrai monstre, beaucoup plus rapide et largement plus performant. Sa fiche technique nous le démontre.

Le plus impressionnant est son 4 cylindres qui met en avant toute sa compétence sportive. Et c’est le plus grand changement depuis la dernière version. À côté, il y a ses suspensions de dernier cri et réglables dans tous les sens avec une fourche Showa BFF à l’avant et amorto BFRC Lite à l’arrière.

Le plus attendu est ce qu’il possède sous la carrosserie. On y trouve un moteur revisité, puissant de 27 chevaux avec une cylindrée capable de passer de 999,1 cm3 à 999,89 cm3. Ce joyau lui permet d’exécuter plus de 13200 tr/min en moyenne contre 11500 tr/min comme l’ancien moteur.

On apprécie aussi son double injecteur, sa distribution à linguets, son nouveau système d’admission à deux phases et son pot d’échappement 4 en 2 en 1 à paroi mince. À cela s’ajoute un nouveau système de calage qui évite à la moto de consommer de l’énergie. On remarque de nombreux changements par rapport à l’ancienne génération, mais en somme, Suzuki a combiné la technologie à l’électronique cette fois-ci, rendant son moteur résolument original. 

Prenons en exemple le système de gestion électronique IMU actionné par un 32-bit double processeur ECM ou Electronic Control Module.

Mais malgré ces nombreux changements, quelques détails n’ont tout de même pas changé comme son phare en losange à deux options superposées, encadré par de larges ouïes d’admission.

Bref, si vous êtes un amateur des sensations fortes et de mécanique, il n’y a aucune raison de ne pas choisir ce magnifique bol d’or. Pour se le procurer, il faut juste prévoir la maudite somme de 16599€.  

Résultat du test :

Premier verdict, ce bolide offre le confort recherché par tous les pilotes. Notamment au niveau de son assise à la fois douce et moelleuse. Les demi-guidons ont également été pensés pour mettre à l’aise les poignets lors de la conduite. Et, sachant qu’une position inconfortable peut ruiner une balade en moto et provoquer des douleurs dans le dos, les concepteurs ont conçu ce dernier modèle avec un point d’assise plate inclinée vers l’avant, mais pas totalement pour le bien-être de son pilote. Son cadre est d’ailleurs moins large, et son réservoir moins bombé pour permettre à celui-ci de se coucher dessus plus facilement.

Côté puissance, la Suzuki GSX-R 1000 R offre un beau spectacle. Il arrive à propulser le pilote à 8000 tr/min dès le démarrage jusqu’à 14500 tr/min jusqu’à l’arrivée. Une vitesse maximale de 270 km/h des plus décoiffantes ! La Yamaha YZF-R1 n’a qu’à se tenir.

En pleine vitesse, l’hypersport permet d’ailleurs d’avoir une telle précision dans les virages que l’on a l’impression qu’il ne fait qu’un avec son pilote. On doit cela en partie à son revêtement irréprochable et sa maniabilité. Mais surtout ses assistances électroniques et son système de freinage qui la démarque de sa grande sœur.

Seul bémol, il lui manque le frein moteur que l’on apprécie tant dans les hypersportives européennes.Sans parler de son design qui fait encore débat jusqu’à aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *